Exit les thuyas!

Courant juin, nous nous décidons enfin à passer à l’action et nous débarrasser des deux 1ers thuyas abimés dans la longue haie qui nous sépare du jardin voisin côté gauche (qui mène à l’arrière de la maison où se trouvent le potager, le verger, les cabanons et la serre).

La réflexion fut longue et laborieuse car cette haie préserve notre intimité par rapport au voisinage.

Avant

Voilà à quoi ressemblaient les 2 thuyas en question avant abattage, ce n’était plus possible il fallait absolument agir!

Seulement voilà, en ouvrant une brèche dans la haie, nous réalisons qu’ils sont tous malades et que la partie verdoyante n’est en fait qu’un vernis très superficiel.

Alors puisque nous y sommes et que nous avons le matériel autant aller jusqu’au bout de la démarche…exit tous les thuyas, au passage mon ennemi le liseron est mis à nu, quelle plaie celui-là!

Puis pose dans la foulée de panneaux en bois.

Vue depuis la terrasse (photo n°1) / vue depuis le verger (photos n°2 et 3)

Pendant les travaux, c’est l’effervescence, notre esprit est déjà ailleurs, plus précisément en face, du côté droit, vue directe sur l’autre tronçon de thuyas (massif dit ingrat et abandonné)…enlever, garder, les voisins, blabla…sempiternels questionnements!

En vérité, ce massif constitue ma bête noire car envahi de racines. La terre y est très pauvre, dure comme de la pierre en toute saison, même le liseron a déserté! Alors trêve de tergiversations, donc on couic!

Finalement quel boulot (35 thuyas arrachés) mais quel soulagement aussi! Les racines qui formaient un maillage serré, inextricable, dans les massifs ont été soigneusement enlevées.

L’espace dégagé est de 1m40 sur 12m du coté droit et de 1m60 sur 20m du côté gauche…et là je suis grisée par tout cet espace…qu’est ce que je vais faire de tout ça??

D’abord, déplacer vers le fond des massifs les végétaux trop près du bord (rosier Lady of Shalott, céanothe…). Puis imaginer de nouvelles associations, plantations et pourquoi pas de nouvelles structures en fer à béton.

J’ai commencé à constituer une liste de rosiers à commander (grimpants, anciens…) et à des arbustes qui supportent le soleil, les étés chauds et le gel aussi! Honnêtement, pour le moment, je n’ai pas encore une vision très claire de ce que je veux.

Je ne vais pas vous ennuyer plus longtemps avec mes doutes jardinesques, à bientôt!

18 réflexions sur “Exit les thuyas!

  1. Coucou Fatima
    Je vais me permettre d’émettre un avis car j’ai connu ça au tout début dans notre jardin
    D’abord si tu peux, essaye de laisser la terre respirer au moins pendant quelques mois le temps que la vie revienne, que l’acidité du sol soit atténuée, ici j’ai fait ça et j’ai vite vu la différence, les thuyas sont des tueurs de diversité, de vie tout simplement
    Devant j’ai amendé le sol ,tout retourné, enrichi le massif et pu planter principalement des végétaux destinés à l’ombre claire, tout y est magnifique, par contre à l’arrière 36m de thuyas je n’ai rien fait et aujourd’hui je suis envahie de mauvaises herbes typiques d’une terre morte, aucune vie n’y foisonne
    Tu verras qu’avec la lumière, le retour de la vie va vite se faire, tu risques même d’être surprise
    En tout cas c’est beaucoup mieux et ton jardin va véritablement être transformé sans ces plaies
    Vivement la suite
    bises

    J'aime

    • Coucou Chris, merci de ton retour d’expérience, c’est effectivement plus sage de patienter et puis j’ai tellement à faire ailleurs dans le jardin, je ne sais plus où donner de la tête!
      Bonne soirée bisous.

      J'aime

  2. Quelle plaie ces thuyas. Lorsqu’on a cherché notre nouvelle maison, l’un des critères c’était pas de thuyas ! Mon mari en avait mare de les tailler donc en plus d’une nouvelle perspective de massifs, ton mari doit être libéré d’une tâche bien ingrate 😉
    Belle journée 🙂

    J'aime

    • En plus de l’entretien fastidieux et profondément inutile, les platebandes étaient sinistrées, impossible d’y planter quoi qe ce soit à proximité, pourtant j’en ai usé de l’énergie à contourner le problème, que de temps perdu!
      J’ai vu sur ton blog, le travail que vous avez accompli, c’est impressionnant!
      Bonne soirée Estelle!

      J'aime

  3. Beau travail et bon débarras ! Moi aussi, j’attendrais le printemps pour laisser la terre se régénérer. Et tout sera possible avec ces panneaux de bois pour support ! Belle journée ! Danielle

    J'aime

  4. bonjour Lalla Fatima
    waouh ça fait un sacrée changement!!!
    C’est vrai que la question du voisinage est le facteur premier d’hésitation mais vous restez quand même bien protégés du vis à vis.
    Et ça libère beaucoup d’espace, tu vas pouvoir t’en donner à cœur joie.
    J’ai hâte de voir la suite de l’aménagement de cette zone.
    Bonne continuation.

    J'aime

  5. C’est super toute cette place gagnée!Les thuyas sont des arbres affreux, moche, toujours malade, difficile à tailler, pas adaptés pour des haies car sont censés devenir des arbres immenses…
    Tu vas pouvoir planter plein de belles choses et plus de corvés de haie!
    Bonne journée

    J'aime

    • Tu as tout résumé en ce qui concerne les thuyas! Une vraie calamité! Me reste à trouver les belles choses à mettre à la place, en veillant toutefois à ne succomber à des plantes fragiles, j’en eu en effet pas mal de pertes l’été dernier.
      Bonne soirée Cindy, bises.

      J'aime

  6. Bonjour Lalla!
    On sent bien la joie, la légèreté et les projets de plantations futures qui bouillonnent dans ta tête.
    C’ est l’ effet « thuyas » ça! Enfin, l’ effet « après thuyas »!
    Avant de poursuivre..très belle sortie sur Villandry, ne pas partir en vacances permet de jolies surprises, non? Et ce sont des vacances qui ont le même goût, à l’ exception que chaque jour doit être réinventé!
    Ta terre est pas mal, non? Ne la laisse peut-être pas « nue » pour la mauvaise saison si tu ne plantes pas tout de suite. Tant pis pour le coup d’ oeil que la jardinière aime lancer au massif débarrassé de tout encombrement des liserons et autres, mais la dernière tonte de gazon et un bon tas de feuilles mortes feraient merveille sur la terre jusqu’ au printemps, histoire de permettre aux vers de faire leur job et que surtout, les pluies ne viennent trop « laver » ta terre. Et même si tu recules déjà certains de tes végétaux, (ils vont être ravis!), tu peux leur prévoir ce petit manteau de nourriture pour l’ hiver en faisant du « tricot de paillage » entre chacun d’ eux! Plus fastidieux, mais bénéfique à 100%!
    C’ est génial d’ avoir à remplir un tel espace, on le dessine déjà en tête, on le voit, on le rêve…y a plus qu’ à!
    Les thuyas servent à offrir un habitat idéal pour les plumes, c’ est l’ avantage qu’ on peut leur trouver! Un enchevêtrement de branches qui leur garantit aussi une bonne défense contre les poilus, quand les nichées sont cachées dedans. Mais des forsythias et autres arbustes denses, font le même usage. Le maintien du sol, aussi, si le terrain est en pente.
    Mais après leur avoir accordé ces avantages indispensables, (à mon avis), c’ est vraiment une calamité dans le « paysage » d’ un jardin, des murs verts, uniformes ou secs/moches! Tes panneaux de bois sont bien plus chaleureux et en accord avec le végétal, tu vas pouvoir les habiller d’ une belle façon! Réserve-toi un petit passage le long, histoire de ne pas faire une épreuve de Koh-Lanta quand il te faudra atteindre le fond du massif!
    Et maintenant, au boulot!!!
    Bises!
    Carole.

    J'aime

    • Koh-Lanta!! Tu me fais bien rire Carole! Finalement tu as raison, je n’avais pas pensé au côté pratico-pratique du truc en dessinant un passage dans les massifs (du moins dans ma tête pour commencer). Encore un bon conseil, protéger la terre, je vais aussi ajouter du fumier.
      J’ai passé de bonnes vacances mais dur d’oublier cette calamité appelée covid qui plombe l’humanité.
      Bonne soirée Carole, merci de ta régularité sur mon blog, des bises.

      J'aime

  7. Quel beau terrain de jeux tu as, maintenant que ces thuyas moribonds sont partis! Mais quel boulot ça a dû être…
    La terre doit être un poil moribonde elle aussi, à cet endroit, mais quelques pluies là dessus et quelques bidules pour enrichir, et tu pourras vite te régaler 🙂
    Bonne soirée, bisous, Véro.

    J'aime

    • Tu sais mes thuyas étaient mal en point mais ceux du voisinage également. J’ai l’impression que ces arbres ne supportent pas les sécheresses à répétition, je me fais du coup du souci pour nos belles forêts 😦
      Quant à la terre, elle sera bien nourrie avec moult paillage et autre fumier 🙂
      Bonne soirée Véro, bises.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s