Le verger mi-septembre

J’aime les massifs opulents débordants de fleurs et d’arbustes magnifiques, les mixed borders style cottage, les belles allées de roses…mais je ne pourrais pas concevoir un jardin sans potager et sans fruitiers!

Quel bonheur de grappiller des fruits délicieux lors de mes petites tournées au jardin, tous les sens en éveil y compris le goût… pupilles et papilles en émoi!

Je suis frugivore, je n’imagine pas un repas sans fruits. Et cette année, je suis gâtée car avec ce que m’offre mon petit bout de terrain, je n’achète plus de fruits depuis le mois de mai: cerises, groseilles, framboises, prunes, pommes, poires, pêches…des fruits bios, savoureux, consommés frais ou cuisinés (confitures, tartes, compote…).

Grace au verger, je réalise des économies substantielles (au vu des prix sur les étals), tout en retrouvant le goût authentique des fruits mûres à point et cultivés sans aucun traitement si ce n’est un apport de fumier une année sur deux au pied des arbres.

Actuellement, nous ramassons les noisettes. En effet, mes noisetiers que je trouvais grands pour rien commencent enfin à produire, 4 ans après un ratiboisage très sévère!

les 4 noisetiers du clos début septembre sous un beau ciel bleu.
noisettes mures sur noisetier pourpre
petit panier rempli de noisettes du clos posé sur la pelouse

En plus d’être utiles, je trouve les fruitiers beaux en toute saison (surtout au printemps 😉 ). Et puis ils apportent au jardin une touche plus naturelle.

branches du vieux pommier en fleurs au printemps
guêpe entrain de se poser sur une branche de pommier en fleurs
Les fruitiers font également le bonheur des oiseaux et des butineurs en tout genre!

La plupart des arbres étaient présents au jardin à l’acquisition de la maison et sont bien âgés. Depuis notre installation, nous essayons de renouveler le parc. Ainsi, nous avons planté des actinidias, des cassissiers (2 variétés), un figuier.

mosaïque de fruitiers: kiwi, cassissier, figuier

Egalement un mûrier sans épines qui végète depuis 3 ans!

mosaïque: petit mûrier sans épines et détail d'une petite mûre mal-formée

Cette semaine nous avons démarré les travaux au verger par l’abattage du pêcher dégingandé et d’un grand et très vieux pommier de plein vent.

pêcher et vieux pommier tronçonnés, au sol

Je ne regrette pas cette décision quand je vois l’état du bois.

souche de vieux bois de pommier pourri

Reste le plus difficile: dessoucher les troncs (et aussi trouver un nouvel emplacement au rosier-liane « Apple Blossom » ).

souche de vieux pommier en terre et rameaux du rosier liane apple blossom

De vieux groseilliers vont rapidement subir le même sort.

ligne de vieux groseilliers en mauvais état

L’espace ainsi dégagé va accueillir de nouvelles plantations à l’automne, donc je cogite!

Projet pour l’automne:

  • arracher les groseilliers à grappes rouges en fin de parcours et les remplacer par d’autres arbustes à petits fruits: cassissier, groseilliers à maquereau, framboisiers…,
  • remplacer le pêcher arraché par un prunier Reine-Claude dorée ou verte,
  • à l’emplacement du vieux pommier, j’hésite entre un grand fruitier ou…un albizia 😉 (on ne peut pas penser qu’à son estomac!),
  • et aussi planter une ligne supplémentaire de fraisiers au potager.

Cette liste n’est pas exhaustive bien sûr…beaucoup de travail en perspective!

Belle journée, à très vite.

Publicités